16/06/2016

In or not In ?

In or not In ? telle est la question, et non pas Brexit or Brexin ? Quel que soit le résultat du vote le 23 juin, GB demeurera In culturellement, politiquement, économiquement, socialement, émotionnellement. Comment en effet l'UE se passerait-elle de ce partenaire ? Et réciproquement ? Dès lors qu'histoire et intérêt sont communs, tout est possible. Or l'UE est agonisante, non seulement par son absence de vision, d'audace, de courage, mais surtout par son déni de vérité, son idéal rouillé d'intégration, ses grands malades comme la France politicienne. Une preuve : derrière les fumigènes de déclarations lénifiantes répétitives, le chômage est persistant au-delà de tout ce qui est acceptable (depuis plus de 8 années), à commencer par celui des jeunes (une génération sacrifiée avec en plus le pourrissement des structures intergénérationnelles), l'endettement est reporté sur les générations à venir, la création d'illusions économiques par la Banque Centrale Européenne se prolonge sans fin , et l'autosatisfaction autiste des dirigeants et parlementaires européens (en particulier français) persiste et s'exprime à tour de bras comme si les peuples étaient stupides.

Le problème n'est pas Brexit ou Brexin mais la décision du Vivre et de l'Etre dedans, ou bien du Vivre et de l'Etre dehors, et dans les deux cas de relancer les idéaux qui ont présidé à la création de l'Union (CECA, Europe des XII). Il faut pour cela se rassembler chacun sur ses propres valeurs, retrouver son identité propre, renouveler l'idéal européen, le réformer dans l'honnêteté retrouvée de nouveaux leaders enfin inspirés. Des leaders œuvrant dans l'espace commun de la solidarité et non pas dans le trou perdu de la réélection. A ce degré de pourrissement de la réalité de l'UE (non pas de son potentiel ni de sa nécessité), la question pour GB (et pour nous tous) est la conversion, l'aggiornamento de l'UE. Alors, être dedans ou dehors ? Probablement dehors et la question n'est pas Brexit ou Brexin, mais Vivre et Etre dedans ou dehors, et ce pour tous les protagonistes. Y compris pour les Helvètes, lesquels se posent exactement la même question.