12/09/2014

Caisse unique, Unique Airport, même combat

 

Caisse unique, cela a des relents de Unique Airport (en version originale anglaise, ce qui est tout dire). On se souvient de la prétention des Zurichois à un aéroport unique (en version polémique française,  ce qui équivaut paraît-il à ne rien dire, de la rigolade, quoi). Un désastre demeuré unique, Dieu l'Unique soit loué, après le grounding (unique en son genre lui aussi) de la très regrettée Swissair. Et puis la crise UBS ? Zut pas unique, mais tout de même la première du genre, et quel succès après elle, à tout Seigneur tout honneur, oui UBS unique, mais quel exemple !).

 

C'est que voilà, le Seigneur mis à part et encore faut-il y croire, rien n'est unique ici-bas. Sauf la prétention toujours renouvelée à la Vérité, suprême, définitive, osons le mot : prophétique, celle qu'on proclame et après cela on y croit, bref la vérité du dogme, etc. qui a fait tant de ruines, de mal et de morts, n'est-ce pas vous tous ? 

 

Pourquoi, mais pourquoi Pierre-Yves Maillard, sincère et honnête s'il en est, bosseur et responsable, s'est-il de lui-même, sans que personne ne le lui demande, fait choir de sa réserve de Conseiller d'Etat ? Est-ce le syndicaliste, certes respectable, mais qui n'a rien du Conseiller d'Etat, qui ressort ? Sincère, certes, mais difficile d'être à la fois au-dessus et dans la mêlée.

 

Mais là n'est pas le propos, pour une fois qu'on a un Conseiller compétent, comme on les aime, transparent et solide, engagé et constant, il est vrai comme d'autres en Pays de Vaud, car nous sommes gâtés de ce point de vue (mais pas uniques, on est d'accord ?), regardez du côté de Neuchâtel, et de Genève, hélas, trois fois hélas. 

 

Unique, comme Unique Airport ? L'esprit zurichois aurait-il remplacé les derniers restes du bon sens bernois en Pays de Vaud ?