18/07/2014

Du vol MH17 trois choses demeurent

 

Du vol MH17 abattu trois choses demeurent : 300 victimes avec plus d'un millier de proches en deuil, une décision prise au plus haut niveau d'une structure étatique de premier plan, une exécution par des professionnels qui ne discutent pas et qui disposent d'une arme rare, chère et complexe.

 

Si l'objectif commun des parties en conflit autour de l'Ukraine avait été l'apaisement, le règlement, la paix, alors, de la conjonction de ces trois facteurs serait née la volonté immédiate de faite toute la lumière sur les causes de la tragédie et d'une manière indiscutable aux yeux de tous.

 

Soit, entre les parties au conflit, se mettre d'accord immédiatement pour bloquer la zone de crash avec les éléments de preuve, mandater une enquête neutre et professionnelle, ouvrir à la trêve inconditionnelle jusqu'à plus informé sur l'enquête, faire parvenir un message de sympathie aux familles, offrir à Malaysian Airways la pleine collaboration des contrôleurs aériens, faire appel par exemple au président de la confédération helvétique pour que l'OSCE veille sur place dès la première seconde (ils sont sur place) au déroulement honnête des opérations d'enquête.

 

Rien de tout cela. Seules ces trois choses demeurent et sans doute demeureront et apparaît  clairement, avec la volonté d'instrumentaliser le chagrin, le but commun d'instaurer progressivement une relation basée sur la force et la terreur. La dignité et le respect des victimes, des familles, de l'homme en général ne sont plus au rendez-vous. Entre Chiites et Sunnites, c'est devenu la coutume hélas, mais entre chrétiens ?

 

Commentaires

Merci Monsieur Brandt pour cet article.Les familles en deuil méritent silence et respect surtout quand on sait qu'en notre pays comme ailleurs sans doute ,la mort d'un proche ne représente presque plus rien.
PLus vite vous serez enterré mieux on se portera et pour mieux s'en laver les mains comme Néron surtout si Exit a été sollicité ce qui sert aussi à soulager la conscience des viennent ensuite et ce sont les mêmes qui pleurent la mort d'inconnus?
Quelle sombre hypocrisie!
toute belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 21/07/2014

Au vu des titres de ce matin, notamment "les séparatistes ivres qui entassent les corps", je me pose la question suivante:

A-t-on mis sur pied une cellule de soutien psychologique pour ce que tous ces gens ont reçu sur la tête, et qu'ils doivent maintenant "débarrasser"!
Ce serait le boulot de l'OSCE, M. le Président burkhalter....non!

Pourquoi autant de malveillance et de traitements différents quand on parle d'un côté ou de l'autre!

A lire chez -homme libre TDG- le résumé du contrôleur aérien espagnol, ça parle tout seul et surtout ça dit qui sont les vrais responsables de cette tragédie. En tout cas pas la version médiatico-américano-UE!

Écrit par : Corélande | 21/07/2014

Lovsmeralda, voulez-vous dire avec votre silence que vous êtes opposée à une enquête ? Mais alors où est le respect de l'autre, de la vérité, ce qui est la même chose ? je parle évidemment des proches des victimes. Et puis quel rapport antre exit et l'abattage de cet avion ? Merci de vos prochaines explications. Par contre, entre Néron et Vladimir Poutine, votre rapprochement donne des idées sensationnelles, derechef merci sur ce ponit !

Écrit par : Jean-Marie Brandt | 21/07/2014

d'accord Corélande ! pouvez-vous me faire parvenir l'article du contrôleur aérien espagnol, ou mieux le placer sur le blog ? Merci !

Écrit par : Jean-Marie Brandt | 21/07/2014

@Monsieur Brandt Absolument pas mais comme beaucoup d'enquêtes elle devraient être traitée à 8 clos et ensuite seulement être servie en pâtée pour tous
Excepté les réseaux dits sociaux qui se gargarisent de cadavre de nombreux Suisses depuis samedi sont saturés et disent ,moins on en saura mieux on se portera.De fait ils imitent nos anciens qui pour continuer de turbiner disaient la même chose !

Écrit par : lovsmeralda | 21/07/2014

Pleinement d'accord avec vous Lovsmeralda !

Écrit par : Jean-Marie Brandt | 21/07/2014

Les commentaires sont fermés.