27/02/2014

Brady Dougan je vous accuse

 

Menteur, quatre fois menteur, Brady Dougan, devant la commission du Sénat US, hier le 26 février 2014 : menteur pour votre Patrie les EU, pour votre employeur le Crédit suisse, pour votre patrie alimentaire la Suisse, pour vos employés et cadres. Les EU parce que vous niez votre responsabilité directe alors que le système de vente et de réseautage aux US est un pur produit de la culture locale US ; le Crédit Suisse parce que la Direction ne pouvait pas ne pas être informée et fortement incitative (ne serait-ce que pour répartir les bonus de vente, seule justification de ces c… typiquement US) ; la Suisse parce que vous prétextez la loi suisse qui a la vertu enviée et enviable de protéger la sphère privée, en particulier celle des employés de banque comme celle de tout citoyen y compris vous-même ; les employés et les cadres de la banque parce que ce n'est pas dans leur mentalité et qu'ils n'ont de toute façon pas de compétence propre en la matière.

 

Voulez-vous qu'on explique à MM Levin et McCain comment on dirige une banque suisse, par exemple comment on épluche frais de marketing, déplacements et débours jusqu'au moindre centime, comment on analyse la répartition des commissions de vente, comment on gère la mécanique bancaire  avec la précision, le soin et le luxe d'une pièce d'horlogerie, et comment vous avez non seulement instigué, mais encore trempé jusqu'au coup dans la mélasse qui porte avec votre signature personnelle, celle d'un certaine mentalité financière US,  cette mentalité qui est à la base de la crise de 2008 qui sévit toujours et encore jusqu'en Europe ? Vous  ne saviez peut-être pas que ce qui a fait de nos banques, depuis deux cents ans, une mécanique fiable, précise, sympathique, ce sont les employés sur lesquels vous déchargez votre diarrhée. Ils sont des anciens apprentis de banque, le produit de cette fameuse formation duale qu'on nous envie (à commencer par vos compatriotes qui nous demandent aujourd'hui de les conseiller en la matière), qui a fait la réputation, la vraie, la seule, celle qui correspond à notre mentalité, de nos banques avant que vous ne les piratiez, eux qui continuent malgré et contre des individus comme vous à être de bons, honnêtes et très compétents employés. Vous ne saviez peut-être pas non plus que ce qui a fait le succès des banques suisses, c'est le respect de la clientèle et des employés depuis le 18ème ? Vous avez construit votre pactole et votre célébrité sur le dos et de notre culture et de nos employés et de nos clients. De tous vous avez abusé et continuez à abuser face au Sénat, face au monde. Nul doute que vous ne vous estimez pas responsable et que vous rempilerez à pirater de nouvelles sociétés dans l'univers financier qui est le vôtre, et qui n'est pas celui des banques ni celui de l'économie. Honte à vous de proférer des mensonges tous azimuts dont vous savez bien qu'ils ne peuvent que marcher face à des Sénateurs d'autant plus ignorants de nos qualités et des qualités de nos banques (les deux vont de pair) que vous les trompez sur la réalité des faits et que vous parlez de la Suisse, de ses banques, de leurs employés, de leurs clients en vous déchargeant sur eux lâchement et bêtement (et ça marche, on est bien dans votre univers). Votre lâcheté et votre hypocrisie ternissent l'ensemble de nos banques, de notre société, de notre pays, des gens qui nous font confiance, puisque vous parlez au nom d'un employeur qui, dans son nom, fait flotter le nom de la SUISSE. Pirate et menteur, l'un de ces financiers qui sont responsables de la crise de 2008 qui dure et durera encore. Brady Dougan je vous accuse d'avoir vendu du vent à vos relations personnelles US pour faire vous-même fortune à court terme.

 

15:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (24)

09/02/2014

Votations, cinq questions et...vos réponses svp

 

 

Une leçon, une seule de la votation du 9 février contre la Libre circulation des personnes fera l'unanimité ici et ailleurs : c'est le Peuple qui décide.

 

Une question une seule : est-ce juste oui ou non ?

Première réponse, c'est juste parce que c'est le Peuple qui décide.

Deuxième réponse, c'est injuste parce que le Peuple n'est pas compétent.

Troisième réponse, la vôtre svp…évidente, non ?

Deuxième question : que penser de la réaction de la Commission Européenne qui "regrette la décision du Peuple" et "attend la position du Conseil Fédéral ?"

Première réponse : la commission Européenne devait dire : "Nous prenons acte" et éventuellement préciser "avec regret", mais en l'état cette prise de position jette le doute définitif sur son  respect de la démocratie. Beurk.

Deuxième réponse : l'Union Européenne, qui a d'autres problèmes majeurs et prioritaires aurait-elle pu attendre la réunion de ministres de demain lundi pour se prononcer ?

Troisième réponse, la vôtre svp…évidente, non ?

Troisième question : pour quelle raison la Commission Européenne n'a-t-elle pas attendu ?

Première réponse : elle ne prend pas au sérieux la réalité helvétique et elle ment sur le principe démocratique.

Deuxième réponse : elle croit qu'elle va " faire son beurre" avec les bilatérales comme elle pense le faire avec les banques suisses ?

Troisième réponse, la vôtre svp…évidente, non ?

 

Quatrième question : le diktat de la finance et le prix payé par la Suisse au plan institutionnel (secret bancaire, protection de la sphère privée, garantie du bon sens démocratique et ses implications éthiques) ont-ils poussé les Helvètes exaspérés par l'exploitation éhontée des fautes (graves il est vrai) de certaines de ses banques à simplement dire : raz-le bol, cela suffit, et cet état de fait explique-t-il en partie une votation qui contredit la position du Peuple au long de ces dernières années ?

 

Cinquième et dernière question : depuis quelques années maintenant les Helvètes constatent que leur modèle fonctionne en gros plutôt bien, alors comme Gessler, ont-ils simplement tiré une flèche au cœur de la pomme européenne ?

 

Cinquième et dernière réponse, la vôtre svp…évidente, non ?